Tout savoir sur la nomination d’un syndic de copropriété

nomination d’un syndic de copropriété

La copropriété, une pratique assez répandue depuis un certain temps, est une manière avantageuse d’être bailleur sans trop de responsabilités. Effectivement, le principe est de repartir un immeuble ou un groupe d’immeubles en lot comprenant des sections privées et communes.

Chaque section appartient à une personne différente qui en a la charge personnelle, de même vis-à-vis des subdivisions communes. Néanmoins, un agent a la responsabilité de gérer l’habitation, c’est le syndic, qui peut être soit professionnel, soit élu.

Qu’est-ce qu’un syndic de copropriété ?

Le syndic de copropriété peut être défini comme le représentant du syndicat des copropriétaires, autrement dit, l’ensemble des bailleurs. Celui-ci est vu par la loi autant que personne physique ou morale qui est chargé de s’occuper du bien immobilier.

Ce dernier possède la mission de la gestion administrative de l’indivision, la gestion financière, le payement des factures… etc. De la même manière, s’assurer de l’entretien et du bon vivre dans la copropriété fait partie de ses prédispositions. D’autres informations sont disponibles sur le site https://easysyndic.be/.

syndic professionnel

Un syndic professionnel ou un syndic bénévole ?

Toute copropriété doit obligatoirement avoir un syndic pour le manager, gérer les taches financières, mais aussi régler les différents problèmes. Les acquéreurs peuvent faire appel à un professionnel dont le métier est d’administrer des indivisions, possédant donc de l’expérience.

Il peut être indépendant ou travaillant au sein d’une société, le fait est qu’il est engagé et doit être payé. C’est pour échapper à cette contrainte financière que certains bailleurs préfèrent opter pour les syndics bénévoles qui sont des occupants.

Nomination du nouveau syndic par mise en concurrence

Au moment où les acquéreurs décident d’élire un syndic parmi eux, plusieurs personnes vont forcément se présenter pour le poste. Il est possible également que certains locataires proposent untel comme candidat, ce qui mènera a un grand nombre de postulants.

C’est pourquoi une mise en concurrence est établie, pour permettre aux propriétaires de déterminer la personne capable de gérer l’immeuble. Par contre, ce procédé doit être de l’initiative du conseil syndical et non de l’aspirant puisqu’il s’agira de les comparer.

Convocation des copropriétaires à une assemblée générale

L’assemblée générale regroupe tous les occupants de la copropriété et tout le monde doit être présent en signe de participation. En effet, chacun est un acteur dans la communauté et a la responsabilité d’œuvrer pour le bien de cette dernière.

Ce rassemblement doit avoir lieu au moins une fois par an, et chaque copropriétaire doit être avisé 21 jours avant. C’est au cours de ce regroupement dont les décisions concernant la copropriété sont privées, ainsi que le vote du syndic.

Vote du syndic par l’assemblée générale

Durant l’élection, le gagnant sera le candidat qui aura obtenu la majorité absolue des voix, soit plus de la moitié. Les voix de chaque copropriétaire comptent, et ceux qui sont absents sont tenus de confier leur pouvoir de vote.

Par contre, dans le cas où les voix nécessaires ne seraient pas recueillies, une nouvelle assemblée sera organisée. Lors de cet autre rassemblement, le vote du syndic se fera avec les mêmes préceptes, mais seulement par majorité simple.